top of page

Les ASS, ces voleurs d'enfants

Dernière mise à jour : 27 nov. 2023


Dans cet article, je propose de déconstruire vos représentations et/ou de vous informer sur tous les cadres de travail d'un.e assistant.e de service social.

Déjà, avant de commencer, première déconstruction : oui il y a des hommes qui exercent ce métier, donc arrêtons de féminiser les termes.

Dans cet article, je vais utiliser le sigle ASS pour évoquer les assistants sociaux. Il s'agit du terme officiel du Diplôme d'Etat d'Assistant de Service Social (DEASS). Plus rapide à écrire. Les anglophones, je vous vois venir : le sigle se dit "A (plus loin) S (plus loin) S" et non "ass"

(c'est bon, vous l'avez ?)


PS : Si vous n'avez pas pris « charabia social » en LV3 à l'école, j'ai fait un glossaire à la fin de l'article pour comprendre les sigles utilisés.


Les différents cadres de travail d'un.e ASS

J'ai décidé de prendre le temps de vous partager ces informations car je pense qu'il est nécessaire et utile d'informer les personnes extérieures au secteur social sur les différents champs d'action où peut exercer un.e ASS, car je sais que beaucoup ne le savent pas.

Je vais essayer de faire simple et synthétique, chose jamais aisée dans le jargon socio-administratif français...

Révisez-bien car il y aura une interro la prochaine fois.

(c'est faux)

(mais j'aime bien l'idée)

____________________

Petite mais importante parenthèse :

Qu'importe son cadre d'intervention, tout ASS a trois missions principales :

  • l'accès aux droits

  • la lutte contre l'exclusion

  • la protection de l'enfance et des majeurs vulnérables

En fonction de son secteur d'intervention, les missions de l'ASS peuvent être spécialisées auprès d'un certain public, ou limitées par les missions de l'institution.

____________________


Un.e ASS peut exercer :

  • dans le secteur public (en étant fonctionnaire, ou contractuel) :

- dans les services sociaux des départements.

C'est le secteur le plus connu du « grand public ». Vous savez, les fameuses « assistantes sociales voleuses d'enfant » ? Ces ASS travaillent au département, dans un service qui s'appelle l'ASE, anciennement dirigé par la DDASS (je pense que ça vous parle mieux non ?) Par contre, pas de vol d'enfant à déclarer, on parle de Protection de l'Enfance.

Mais pas que, les ASS du département ont des missions d'accueil de tout public vivant sur le territoire concerné, et peuvent accompagner (quasi) toutes les situations.

- dans les services sociaux des communes = CCAS, ou des Communautés de Communes = CIAS

- dans les services sociaux de la CAF, de la CPAM, de la CARSAT, et leur équivalent à la MSA

- dans les services en faveur des élèves de l’Éducation Nationale (en collège, lycée)

- dans les hôpitaux publics et services de santé : CHU, SSR, CMP/CMPP, hôpitaux psychiatriques...

- dans les SPIP et les commissariats

- dans les services du personnel des ministères et des administrations, pour une mission de service social du travail

...et d'autres que j'ai pu oublier.


  • dans le secteur associatif à but non lucratif

Dans ce cas, l'ASS n'est pas fonctionnaire, mais exerce une mission de service public pour un employeur associatif privé. Ces associations sont mandatées et subventionnées par l'Etat qui leur délègue une mission, par exemple : l'accompagnement des enfants en situation de handicap, l'accueil des demandeurs d'asile, l'hébergement des personnes sans abris, la protection des femmes victimes de violence...

Dans ce secteur, la diversité des structures est multiple, donc je ne pourrai pas toutes les citer. Je vous donne quelques exemples à titre indicatif. Un.e ASS peut exercer :

- dans des ESMS avec des personnes en situation de handicap : IME, SESSAD, ITEP, ESAT...

- dans des lieux d'hébergement : CHRS avec des personnes sans abris, des femmes victimes de violences, des réfugiés...

- dans des CADA ou des CHUDA avec des demandeurs d'asile...

- dans des services d'insertion professionnelle avec des bénéficiaires du RSA, de l'ARE...

- dans des associations tutellaires pour assurer la protection des majeurs vulnérables (les personnes sous tutelles, curatelles...)

Etc.


  • dans le secteur privé = en entreprise

A part exception, comme la version « privée » des structures précédemment citées, par exemple une clinique privée (je ne vois pas d'autre cas en fait), un.e ASS qui exerce dans le secteur privé sera dans un service social du travail.

Le service social du travail a pour mission d'améliorer la Qualité de Vie au Travail et d'apporter son expertise dans la prévention des Risques Psycho-Sociaux pour garantir l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Ce service travaille en étroite collaboration avec le service de Médecine du Travail, les services des Ressources Humaines de l'établissement, et les cadres de proximité.

Sachez que : d'après l'article R 250-1 du Code du Travail « Les établissements qui occupent d'une façon habituelle deux cent cinquante salariés au moins sont tenus d'organiser des services sociaux du travail ». En dessous de cet effectif, toute entreprise peut décider d'apporter ce service à ses salariés, mais ce ne sera pas obligatoire.

Le service social du travail peut être interne ou externe à l'entreprise :

- Interne : dans ce cas, l'ASS est salarié.e de l'entreprise au même titre que les personnes accompagnée. Comme vu précédemment, ce service existe aussi dans la fonction publique (Ministères, hôpitaux, administrations).

- Externe : dans ce cas, l'entreprise fait appel à un prestataire, qui est souvent une association privée à but non lucratif. On parle de « service social inter-entreprise » car l'association à divers clients. Dans ce cas, l'ASS est salariée de l'association, et assure sa mission auprès de salariés de différentes entreprises.

Le prestataire externe peut aussi être un.e ASS en libéral. (la transitioooooon)


  • en libéral (coucou c'est moi !)

Exercer en libéral = être à son compte, être son propre patron, créer son entreprise. Le statut libéral est rare, mais se développe de plus en plus chez les travailleurs sociaux.

L'ASS qui exerce en libéral ne dépend d'aucun employeur, d'aucune institution, mais est soumise à la même déontologie de part son diplôme d'Etat. L'ASS en libéral peut choisir les missions à exercer parmi la panoplie de ces multiples compétences (ça se jette des fleurs oklm), ainsi que décider d'accompagner un public en particulier. L'ASS en libéral fait payer ses prestations directement à ses clients, qui peuvent être :

- des particuliers, qui font appel à ses services d'accompagnement pour un souci personnel.

- des entreprises qui recherchent un prestataire pour proposer un service social du travail à leurs salariés.

- des associations privées ou des organismes publics pour diverses raisons : ils souhaitent avoir une intervention ponctuelle (intervention collective sur un thème précis, conférences etc) ; ils ne souhaitent pas salarier et préfèrent payer un prestataire extérieur "à la carte" en fonction de leurs besoins ; ils ont besoin d'un.e ASS de manière pleine ou partielle dans leurs équipes mais n'arrive pas à recruter. Exemple pour ce dernier cas : dans les ESMS, il n'est pas rare que les postes d'ASS soient à temps partiel (moins d'un mi-temps) car les structures n'arrivent pas à avoir plus de budget par leurs financeurs. De ce fait, le recrutement est compliqué, car ces postes précarisant sont peu attractifs. Faire appel à un.e ASS en libéral peut être une solution à court ou long terme pour ces organismes.

- et enfin, d'autres types d'intervention qu'il reste à inventer ? Innovons !


Pour finir, je vous informe que j'ai souhaité écrire cet article en préambule d'un second qui abordera le fait que le service social n'est jamais gratuit. A suivre...


J'espère avoir été suffisamment claire et succincte. Si vous avez des questions, vous pouvez commenter l'article ci-dessous, ou me contacter directement.


Glossaire (par ordre alphabétique) :

  • ARE : Aide au Retour à l'Emploi (= le chômage, en gros)

  • ASE : Aide Sociale à l'Enfance, service géré dans chaque département français par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale

  • ASS : Assistant.e de Service Social, terme officiel du diplôme d'Etat, plus communément appelé assistant.e social.e

  • CADA / CHUDA : Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile / Centre d'Hébergement d'Urgence pour Demandeurs d'Asile

  • CAF : Caisse d'Allocation Familiale

  • CARSAT : Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail

  • CCAS / CIAS : Centre Communal d'Action Sociale / Centre Intercommunal d'Action Sociale

  • CHRS : Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale

  • CHU : Centre Hospitalier Universitaire

  • CMP / CMPP : Centre Médico-Psychologique (pour adultes) / Centre Médico-Psycho-Pédagogiques (pour enfants et ados)

  • CPAM : Caisse Primaire d'Assurance Maladie

  • DDASS : Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, créée en 1977, disparue en 2010. (RIP) Depuis 2010, ses missions ont été séparées : les missions sanitaires sont désormais gérées par les Agences Régionales de Santé (ARS), et les missions sociales par les Directions Départementales de la Cohésion Sociale

  • ESAT : Etablissement ou Service d'Aide par le travail = lieu de travail en milieu protégé pour adultes en situation de handicap

  • ESMS : Etablissements et Services Médico-Sociaux, par exemple qui accompagnent un public en situation de handicap.

  • IME : Institut Médico-Educatif = lieu de scolarisation pour enfants et ados en situation de handicap

  • ITEP : Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique = lieu de scolarisation pour enfants et ados en situation de handicap

  • MSA : Mutualité Sociale Agricole = administration du régime social agricole

  • RSA : Revenu de Solidarité Active, a remplacé le RMI (Revenu Minimum d'Insertion) depuis 2008.

  • SESSAD : Service d'Education Spéciale et de Soins A Domicile = service de soins ambulatoires pour enfants et ados en situation de handicap

  • SPIP : Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation

  • SSR : service de Soins de Suite et Réadaptation


Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver ce sujet développé en format audio sur le Podcast de GIOIA Conseil.

31 vues0 commentaire

Comments


bottom of page